l'enveloppe des bâtiments

Dernière mise à jour : 21 janv.

L’isolation est très souvent la première étape pour améliorer l’efficacité énergétique d’un bâtiment et réduire ses dépenses énergétiques. On qualifie par ailleurs de passoire thermique les habitations qui ont des bilans de consommation d’énergie bien trop haute puisque évidement si on ne garde pas l’énergie à l’intérieur, cela pousse la consommation des équipements de chauffe.

En effet, il serait contre-productif d’installer un chauffage plus économe et écologique (pompes à chaleur, panneaux solaires thermiques, chaudières à biomasse par exemple) si le bâtiment n’est pas isolé. De plus si l’isolation arrive après, le besoin de chauffe diminuant, cela provoquera un surdimensionnement de l’équipement de chauffe.


Pourquoi :

L’isolation thermique, lorsqu’elle est correctement réalisée, sera utile à toutes les saisons de l’année :

  • L’hiver, elle améliore le confort thermique en réduisant les déperditions de chaleur à travers les parois et garde la chaleur à l’intérieur.

  • L’été, elle améliore le confort d’été en empêchant la chaleur et le rayonnement solaire d’entrer et permet de garder la fraicheur.

Au niveau du ressentie, cela permet de supprimer « l’effet paroi froide » avec les murs non isolés qui deviennent froids l’hiver et peuvent générer des sensations d’inconfort ainsi que régler les problèmes d’humidités provenant de l’air extérieur. Une bonne isolation améliorera donc le confort intérieur en toutes saisons et permettra de diminuer les besoins en énergie (chauffage l’hiver et climatisation l’été), et donc les économies d’énergies se ressentirons sur les factures d’énergies (bois – fioul – électricité – gaz) d’autant plus avec les nouvelles augmentations du prix de l’électricité et du gaz.

Origine des déperditions thermiques :

La déperdition thermique désigne la perte de chaleur d'un bâtiment. Due aux interactions entre l'intérieur et l'extérieur et aux échanges de fluide d'air, elle altère directement l'efficacité thermique de votre logement. Concrètement, les calories fournies par votre système de chauffage filent vers l'extérieur et ne sont pas garder dans l’habitat au lieu de vous chauffer comme elles le devraient. Dans les faits, les causes de déperdition thermique peuvent apparaitre à plusieurs endroits :


1. Toiture :

La toiture est une des pierres angulaires pour une enveloppe performante d’un bâtiment et on a tendance a sous-estimé son importance. Premièrement il s’agit de la zone la plus exposée aux aléas climatiques (rayonnement solaire, pluie, neige, vent) et donc thermiques. Deuxièmement la chaleur monte, ce qui en fait la zone la plus déperditive si elle n’est pas performante.

Il existe plusieurs solutions à l’isolation de la toiture : Par l’extérieur ou intérieur, en combles perdu ou aménageables, Avec des Isolant à plaque ou pose de rouleaux, par isolation soufflée ou épandage.

2. Murs :

Une bonne isolation des murs est essentielle. Déjà en termes de consommation, cela représente un quart des pertes possibles, et ensuite il s’avère qu’elle joue beaucoup sur le confort intérieur. Que ce soit en termes d’étanchéité a l’air ou le principe de paroi froide qui est caractérisé par un écart supérieur à 5°C entre la surface des murs et l’air ambiant, cela apporte des sensations de froid à l’intérieur et peut également provoquer la création de condensation sur les murs pouvant favoriser l’apparition de moisissures.

Il existe deux techniques majeures pour l’isolation des murs :

  1. ITE (isolation thermique par l’extérieur) : on isole le bâtiment en posant de l’isolant à l’extérieur. Des plaques d’isolants sont collé puis enduite pour la finition. Apportant une épaisseur supplémentaire. Pour les pas de fenêtres et portes, l’entreprise s’occupera de les mettre à niveaux. L’ITE bien que plus onéreuse mais apparait plus aboutie thermiquement car supprimant les ponts thermiques en créant un cocon isolant à l’enveloppe du bâtiment. A noter que l’ITE permettra de faire un ravalement de façade.

  2. ITI (isolation thermique par l’intérieur) : Dans ce cas on isole le bâtiment par l’intérieur en créant un doublage d’isolation. Cela ne modifie pas l’aspect extérieur mais a pour effet de réduire la surface habitable. Souvent préféré car bien moins cher elle a le défaut de ne pas rompre les ponts thermiques.


3. Ponts thermiques

Les ponts thermiques désignent les défauts de continuité d’isolation et les endroits où l’isolation est moins importante ou efficace que dans le reste de l’habitation. Ce genre de faille peut être dû à une mauvaise conception de l’ouvrage, à l’installation d’équipements peu performants ou à l’utilisation de matériaux de faible qualité ou inappropriés. Il peut aussi être causé par l’humidité (champignons, moisissures) ou encore la détérioration de l’isolant. Ces faiblesses d’isolation ont de grande incidence au vu des lois de la thermodynamique fondamental.



4. Fenêtres

Les fenêtres représentent un poste de pertes thermiques les plus compliqués puisque nécessaire à l’apport lumineux mais présentera toujours un point faible majeurs. Pour limiter la conduction thermique, vous pouvez effectuer un changement de fenêtres simples vitrages par du double ou triples vitrages. Évidement veillez à l’état des menuiseries, de nombreuse amélioration technique ayant été conçu pour rompre les ponts thermiques grâce à leur architecture.


5. Sol

Le sol est très intéressant à étudier. Bien qu’il ne soit pas le poste le plus déperditif (7% à 10% tout de mêmes), un sol bien isolé favorise le confort de vie puisqu’il améliore le ressentie en créant une atmosphère chaleureuse et diminue grandement la sensation de froid. Couplé à un plancher chauffant/refroidissant en pompes chaleur, cela devient un ensemble des plus redoutable et efficace en tout temps avec un équilibre optimisé entre confort et consommation.

Il existe deux techniques majeures pour l’isolation des murs :

  1. L’isolation dite par le bas : Cette technique est possible lorsque le sol se trouve au-dessus de locaux non chauffés comme une cave ou un vide sanitaire, et lorsque ceux-ci sont accessibles. Cela consiste en l’application d’une couche isolante en dessous du plancher (en panneaux ou soufflés)

  2. L’isolation dite par le haut : cette technique est quant à elle plus contraignante car utilisé lorsque le terre-plein ou le vide sanitaire situés sous le plancher sont inaccessibles, lorsque l’on souhaite refaire totalement son plancher, ou encore installer un chauffage par le sol. La technique consiste à poser l’isolant sous forme de panneaux rigides sur le plancher, et à couler par-dessus une chape qui servira elle-même de base au nouveau revêtement. Attention au rehaussement de sols cependant.

6. Le renouvellement d’air

Bien souvent sous-estimé, le renouvellement d’air a impact plus que significatif sur le confort et sur la santé des occupants. Que ce soit pour avoir un air sain, évacuer les polluants de l’air, éviter l’humidité, une ventilation correcte est importante. Le gros souci avec la ventilation est surtout si elle n’est pas maitrisée puisqu’en plus de ne pas faire son rôle d’assainissement, elle peut engendrer de fortes déperditions de chaleur.


Il existe 4 types de ventilations :

  1. Type A : La ventilation naturelle :

La plupart des constructions sont équipés de bouche de ventilation dans les pièces humides, ce qui favorise la circulation de l’air et son évacuation. Les entretenir est important ! Aussi en ouvrant tout simplement les fenêtres de votre habitation cela apportera de l’air neuf venu de l’extérieur. Cette solution simple présente toutefois quelques inconvénients puisqu’elle est manuelle et pas toujours simple avec certaines températures.

  1. Type B : Apport avec des ventilateurs

  2. Type C : Aspiration avec des ventilateurs

  3. Type D : Avec récupérateur de chaleur ou ventilation équilibrée

Les classes B, C & D correspondent à des systèmes de Ventilation Mécanique Contrôler (VMC), c’est-à-dire qu’il s’agit de ventilation gérer électriquement, voir automatiser. Certaines VMCs peuvent récupérer de l’énergie thermique sortante (chaude) et les injecter à l’air entrant (froide) via des échangeurs, ce que l’on appelle VMC double flux correspondant à la classe D


Comment


La première question a se poser lorsqu’on va chercher à réduire ses consommations d’énergie va être de localiser les principales sources de déperditions.

En tant que bureau d’étude thermique, nous disposons des connaissances pour les identifier ainsi que les outils nécessaires à leurs recherches.


Nos outils :

  • Outils de mesure : ampèremètre, anémomètre, enregistreur de température et humidité

  • Thermographie

  • STD (Simulation thermique dynamique)

  • BIM

  • Calcul thermique

  • Calcul énergétique & économies engendrés

  • Connaissances et expériences

Une fois les éléments connus, un bureau d’études thermiques sera à même de vous proposer différentes hypothèses de travaux ainsi que les solutions adaptées à votre logement et vos besoins.


Conclusion


L’isolation de l’enveloppe du bâtiment permet donc de limiter les pertes de chaleur de la maison. Ainsi, vous pouvez réduire votre consommation d’énergie et faire baisser votre facture de chauffage.

L’enveloppe des bâtiments est un point essentiel à une bonne habitation, certains couts peuvent se mutualiser lors de l’entretien, comme faire une isolation extérieure et ravalement de façade ou mettre en place une isolation extérieur lorsque vous refaites la toiture.

En termes de confort, améliorer l’isolation va améliorer drastiquement augmenter le bien-être des usagers en diminuant les échanges thermiques avec l’extérieur.

Sur le long terme, cela vous aide aussi à améliorer la classe énergétique de votre bien. Moins énergivore, il sera plus facile de louer ou vendre votre maison, notamment au vu des dernières actualité des passoires thermiques (DPE noté F & G interdit à la vente).


107 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout